Uncategorized

Pêche à la Turlutte : Matériels, astuces, techniques !

Encore appelée la pêche au leurre, la pêche à la turlutte est une activité très passionnante qui consiste à capturer des céphalopodes. Concrètement, ce sont les calamars et les seiches qui sont visés. Pour pratiquer efficacement ce type de pêche, il faut maîtriser quelques techniques et surtout disposer du matériel adéquat. Cependant, cette activité ludique ne nécessite pas un grand équipement ou des connaissances pointues. En effet, et amateurs et professionnels trouvent satisfaction grâce aux prises généralement abondantes. Mais, pour y arriver, il faut rester minutieux quant aux paramètres de choix des divers postes et des techniques d’animation.

Le matériel nécessaire à la pêche à la turlutte

Avant tout, il est important de notifier que vous devez disposer d’un matériel léger, car vous devez le supporter durant toute la partie de pêche. Lorsque vous êtes à l’aise dans vos mouvements, vous accroissez vos chances de profiter d’une partie de pêche assez fructueuse. Concrètement, vous aurez besoin des éléments ci-après :

  • Une canne à leurre ;
  • Un moulinet ;
  • Un bas de ligne ;
  • Une turlutte.

 

Le profil du matériel adéquat pour une pêche au leurre

Comme vous l’aurez compris, la pêche à la turlutte nécessite l’utilisation d’une turlutte. Encore appelée calamarette, la turlutte est un équipement formé d’un leurre et d’une couronne d’hameçon. Elle peut être lumineuse ou phosphorescente et mimer la forme des crevettes ou des petits poissons. De plus, elle existe sous différents poids et tailles avec des vitesses de descentes variées. Pour mes parties de pêche, j’opte généralement pour une turlutte flottante. Je vous conseille en particulier le leurre suivant : Evilandat Kit de 4 Leurres Turluttes LED. Il s’agit d’un excellent choix pour la pêche à la nuit.

Quant à la canne à leurre, je vous suggère une canne d’une longueur moyenne de 2,4 m pour 10/40 g. La canne suivante est suffisante pour pêcher toutes sortes de seiches :  Fladen Vantage. Toutefois, si vous prospectez de gros calamars, il faudra choisir la deuxième version de ce produit avec un must de 2,70 m pour 15/50 g.

Pour le moulinet, une taille de 2500 est suffisante. Je vous recommande celui-ci : Daiwa Crossfire. En réalité, il est pratique pour toutes les saisons et il dispose d’un frein à main.

De plus, je préconise le bas de ligne suivant : SPRO Mat Black Leader Fluoro. Il est en fluorocarbone et est donc utile pour une pêche à la nuit.

Les techniques de la pêche à la turlutte

Pour avoir des parties de pêche fructueuses, il faut connaître les principales techniques. Les pratiques sont différentes selon l’endroit où vous souhaitez pêcher le calamar.

Pêche à la turlutte du bord

Au niveau des bords, on retrouve généralement les calamars blancs. Ils se différencient du calamar rouge par leur couleur plus claire. Ces derniers sont plus petits et ils ont une chaire plus fragile. Après avoir déterminé le poste idéal pour votre pêche, vous pouvez mettre en œuvre la technique du lancer-ramener. Parmi les autres techniques d’animation permettant d’augmenter la productivité, on peut citer :

  • La technique de l’eging ;
  • La technique du ramené linéaire lent ;
  • L’animation verticale ;
  • Le montage Drop Shot…

La technique du lancer-ramener encore appelée bichi bachi permet d’inspecter une grande surface de pêche. Populaire, cette technique est redoutable sur les céphalopodes. De plus, elle permet d’explorer différentes couches d’eau. Pour la mettre en œuvre, il suffit d’effectuer des tirées sèches vers le haut et de laisser couler par la suite. La turlute monte avec une forte embardée puis redescend lentement jusqu’au fond. Ce mouvement est à répéter plusieurs fois de façon synchrone. Les calamars ne résistent pas à cette animation.

Pêche à la turlute en bateau

Pour une pêche en bateau, vous aurez affaire aux calamars rouges. Ils s’immergent en hiver vers des profondeurs pouvant dépasser 300 m. Par des temps plus chauds, ils ont tendance à naviguer dans les couches d’eau supérieures. Par ailleurs, le calamar est reconnu pour sa mobilité. Il n’y a donc pas une règle générale qui définit une profondeur idéale de pêche. Pour les capturer, il faudra donc explorer les différents niveaux de couches d’eau. La technique la plus utilisée en mer est celle du calamar à la traîne. Toutefois, vous pouvez aussi utiliser la technique du calamar à la dandine.

Quelques astuces pour pêcher à la turlutte

Lorsque vous avez appréhendé les diverses techniques et acquis le matériel nécessaire, quelques astuces peuvent vous permettre d’atteindre à coup sûr vos objectifs.

Déterminer le moment idéal pour pratiquer la pêche à la turlutte

Il est évident que toutes les périodes ne sont pas propices à la pêche du calamar à la turlutte. En effet, les périodes favorables diffèrent en fonction des mers. Par exemple, si vous devez pêcher en méditerranée je vous conseille de cibler la période allant de septembre à avril. En Atlantique, cette période sera plus restreinte, car il faudra privilégier les mois entre septembre et décembre. Pour la mer du Nord, les deux périodes convenables que je vous conseille sont : mars à mai et octobre à décembre.

En réalité, ces périodes ne sont pas choisies à la volée. L’objectif est de rester actif en hiver, puisque c’est à ce moment que la majorité des spécimens s’approche de la ligne du bord. Par ailleurs, vous devez aussi considérer les conditions météorologiques. En effet, les céphalopodes ne sont pas friands des eaux douces. Ainsi, il est judicieux d’éviter les saisons pluvieuses ou orageuses. De plus, le vent ne sera guère votre allié, car la houle est un facteur freinant. En effet, pour des conditions de pêches optimales, vous devez ressentir votre turlutte tout en la gardant bien tendue.

Cependant, indépendamment des saisons ou de l’endroit, pratiquer une pêche nocturne est généralement plus fructueux. Il en est de même pour la pêche au lever et au coucher du soleil.

Les postes à privilégier pour votre pêche à la turlutte du bord

C’est une certitude que vous serez frustré après une partie de pêche à la turlutte sans aucune prise. Pourtant, vous pouvez optimiser vos chances en faisant votre petite enquête dans la journée. J’ai l’habitude de rechercher les taches d’encre visibles sur les rochers. Lorsqu’elles jonchent le sol, on peut en effet déduire que d’autres pêcheurs avaient déjà fait des prises à ce niveau. Concrètement, les postes du bord les plus favorables sont :
  • Les épis ;
  • Les falaises ;
  • Les embouchures ;
  • Les digues ;
  • Les entrées et les abords immédiats des ports…

À ces endroits, les calamars sont en mouvement par passage sur toute la hauteur de l’eau. Généralement, ils peuvent garder la même position pendant longtemps. Je vous conseille donc de relancer votre pêche après chaque capture. Toutefois, il faudra trouver la bonne couche d’eau au bon moment pour réaliser de multiples prises. Quant aux seiches, on les retrouve un peu partout. Elles tapissent généralement les fonds et se planquent dans les rochers.

Accessoires à ne pas oublier

Lorsque vous partez pour une partie de pêche à la turlutte par un temps favorable aux prises, il est indispensable de prévoir certains accessoires sans quoi vous risquez d’être désorienté. Sachant que l’hiver est le moment idéal pour pêcher les seiches et les calamars, vous devez vous munir de vêtements chauds. De plus, selon que votre partie de pêche se tient en journée ou dans la nuit, vous devez prévoir des lunettes polarisantes ou une lampe frontale de nuit. Je vous conseille les lunettes suivantes : Kastking Sport Pêche Lunettes de soleil. La lampe frontale CREE XM-L T6 offre un bon rapport qualité/prix. En effet, avec ces outils de choix, vous êtes sûr de vite repérer votre proie.

Vous pouvez aussi vous servir d’un salabre. Il vous serait fort utile surtout pour les plus gros spécimens. Je vous suggère l’épuisette SHURHOLD 658, en raison de sa profondeur et de ses petites mailles.

Que retenir de cet article sur la pêche à la turlutte ? La pêche à la turlutte est une activité passionnante. Elle permet de capturer les céphalopodes, notamment les calamars et les seiches. Avec le bon matériel, en mettant en pratique les bonnes techniques et en suivant quelques astuces, c’est une certitude que vous réaliserez une pêche abondante.

Montre plus

Articles Liés

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close